Introduction

 

INTRODUCTION :

 

Définitions : La mafia selon François Gayraud « une mafia est une société secrète et fraternelle à caractère criminelle permanente et hiérarchisée fondée sur l’obéissance à recrutement ethnique contrôlant un territoire développant une activité polycriminelle dominant les autres espèces criminelles et se rapportant à une mythologie. »

La mafia désigne une organisation secrète ayant recours a la corruption pour pénétrer au cœur du pouvoir politique de certains pays.

La mafia a recours au recrutement, mais, pour cela ils pratiquent des rites d’initiation pour renforcer les liens. Italie, Etats-Unis, Russie, on pourrait également faire une carte des organisations criminelles chinoises, les Triades, les Sociétés Secrètes, le Grand Cercle, ou les Yakusa au Japon, ou bien les réseaux français en Afrique de l'Ouest. Cela ne voudrait pas dire pour autant que les mafias sont partout, ni que tout soit corrompu. Cela veut dire que s'il y a corruption au cœur de l'état, la mafia s’y installe. Dès qu'il y a faiblesse, les mafias l’utilisent. Or, comme la dérégulation économique, qui est au coeur même du processus de mondialisation, limite la puissance de l'état, cette dérégulation profite entièrement aux mafias. Le terme « mafia » serait l'acronyme de la phrase « Morte alla Francia, Italia anela! » (en français : Mort à la France, crie l'Italie). Cette phrase était scandée par une armée clandestine composée de paysans, qui résistait à l'occupation de la Sicile par Charles d'Anjou, en 1282. « Mafia » viendrait d'un vieux mot d'origine toscane, « maffia », qui voudrait dire misère. Ou du mot arabe « mu'afah », qui signifie protection des faibles... Les organisations criminelles considérées comme des mafias par les criminologues sont, en outre les mafias italiennes, les Triades chinoises, les Boryokudan japonais (dont les membres sont appelés « Yakusa »), la Mafia turque et enfin la mafia albano-kosovare. D'autres groupes criminels tels que les cartels colombiens, la criminalité organisée italo-américaine, russe, nigériane, etc, ne peuvent pas être qualifiés de « mafias » au sens strict dans la mesure où leurs caractéristiques ne correspondent pas aux critères de définition d'une mafia (stade symbiotique d'intégration dans la société, espérance de vie des institutions supérieures à celle des individus en place...) Le terme « mafia » a diverses étymologies possibles, plus ou moins vérifiables et réalistes. Ainsi, il serait une déformation :

de l’arabe Ma-Hias spacconeria, en référence à l’« arrogance » dont font preuve les membres de telles organisations, de l’arabe mu’afak (« protection des pauvres ») ou maha (« grotte de pierre »),

lors des Vêpres siciliennes (1282) aurait été adopté le sigle M.A.F.I.A. pour « Morte Ai Francesi Italia Anela » (« L’Italie aspire à la mort des Français ») en référence au soulèvement en cours contre le roi de Sicile Charles Ier, issu de la maison française d’Anjou et frère du roi de France Louis IX (imposé par le pape en 1265). Divers récits rapportent des versions différentes, comme celle d’une mère hurlant Ma-ffia, Ma-ffia ! ou « mia figli, mia figlia » après le viol de sa fille lors des mêmes Vêpres. On peut aisément affirmer qu’il s’agit là d’étymologies plus légendaires qu’historiques : le terme « fille » dans le dialecte sicilien (figghia) ne se rapproche pas suffisamment de la version « -ffia » ; de même que les Vêpres, si elles étaient effectivement dirigées contre les Français, restent malgré tout l’illustration d’un nationalisme sicilien et non pas italien. Le sigle ne semble avoir aucune pertinence historique. Notons enfin que le terme toscan « maffia » (« misère ») ne semble avoir aucun lien avec le vocable sicilien. Le terme toscan entra dans la langue populaire en Sicile juste après l’Unification de l’Italie (Risorgimento) en 1861, où il subit le phénomène de l’affaiblissement phonétique, comme d’autres mots toscans entrés dans l’usage sicilien. Il servit alors à désigner d’une part l’organisation secrète des classes populaires, qui trouvaient dans la mafia la protection contre le pouvoir des classes dominantes, ainsi que le courage et l'ostentation des mafiosi de cette époque. Aujourd’hui encore, en Sicile, l’adjectif « mafiusu » est utilisé aussi pour désigner quelque chose de coûteux : un costume élégant ou une voiture prestigieuse sont « un vestito mafiusu, una macchina mafiusa », car à l’époque le peuple voyait dans les mafiosi leurs défenseurs, mais associait aussi l’idée de la justice sociale avec celle de l’avenance et de la prestance.

Selon l’historique des traditions populaires de Giuseppe Pitrè, le terme était utilisé comme synonyme de beauté et d’audace dans le parler d’un quartier populaire de Palerme. L’expression « mafia » est devenue courante à partir de 1863, avec la pièce I mafiusi di la Vicaria de Giuseppe Rizzotto et Gaetano Mosca, qui eut un grand succès et fut traduite en Italien, Napolitain et Meneghino, diffusant le terme sur tout le territoire national.

Dans cette pièce, le mafioso est le camorrista, l’« homme d’honneur », c’est-à-dire l’individu qui adhère à une société qui s’oppose aux institutions et qui exhibe courage et supériorité. Un document confidentiel signé par le préfet de Palerme Filippo Gualtiero en avril 1865, mentionne la « Mafia, o associazione malandrinesca ». Ainsi dans l’Histoire de la mafia il existe plusieurs grands mafieux célèbres :

q  Calogero Vizzini (1877-1954), patron de Villalba, il a été considéré comme un des patrons de la Mafia la plus influente de Sicile de la fin de la Seconde Guerre Mondiale à sa mort en 1954.

q  Stefano Magaddino (1891-1974), «le grandiose vieil homme de Cosa Nostra». Membre d'origine de la National Commission aux USA, en a été un membre très éminent dans les villes de Buffalo et de Détroit.

q  Giuseppe Genco Russo (1893-1976), le patron de Mussomeli, considéré comme l’héritier de Calogero Vizzini.

q  Michele Navarra (1905-1958), le patron de la famille de Corleone de 1930 à 1958.

q  Salvatore «Ciaschiteddu» Greco (1923-1978), patron de la famille de Ciaculli, il était le premier secrétaire de la première Commission de la mafia sicilienne quand elle a été formée en 1958.

q  Gaetano Badalamenti (1923-2004), patron de la Famille de Cisini.

q  Angelo La Barbera (1924-1975), patron de la famille de Palerme Centre.

q  Michele Greco (né en 1924), patron de la Mafia à Croceverde.

q  Luciano Leggio (1925-1993), patron de la famille de Corleone.

q  Tommaso Buscetta (1928-2000), le premier mafioso sicilien à devenir un "pentito" (repenti-informateur) en 1984 (un prédécesseur, Leonardo Vitale, qui s’est donné à la police en 1973, a été jugé mais reconnu comme souffrant de maladie mentale). La déposition de Buscetta a été utilisée durant le "Maxi Procès".

q  Salvatore Riina (né en 1930), connu sous le nom de Toto Riina, il est un des plus fameux membre de la Mafia sicilienne. Il a été surnommé «La Bête» ou parfois «Totò u Curtu» et il a gouverné la Mafia avec une main de fer dans les années 1980 jusqu’à son arrestation en 1993.

q  Bernardo Provenzano (né en 1933), le successeur de Riina à la tête de Corleonesi, a été considéré comme un des plus puissants patrons de la Mafia sicilienne. Provenzano fuyait la justice depuis 1963. Il a été capturé le 11 avril 2006 en Sicile.

q  Stefano Bontade (1939-1981), patron de la famille de Santa Maria di Gesù.

q  Leoluca Bagarella (né en 1941), membre de la famille de Corleone arrêté en 1995.

q  Salvatore Lo Piccolo (né en 1942), considéré comme un des successeurs de Provenzano.

q  Salvatore Inzerillo (1944-1981), patron de la famille de Passo di Rigano.

q  Giovanni «lo scannacristiani» Brusca (né en 1957), a été impliqué dans le meurtre de Giovanni Falcone.

q  Matteo Messina Denaro (né en 1962), considéré comme un des successeurs de Provenzano.

q  Michele Cavataio est mort sous le coup de la Mafia en 1969.

q  Francesco di Boille «Capo di Tutti i Capi» de la famille "di Boille" de Bagheria, mafieux le plus recherché de Sicile.

q  Vicenzo di Boille «Capo di Capi Re» de la famille "di Boille", père de Francesco di Boille.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×